Le court métrage de la semaine

Ce court métrage vous sera proposé en avant-programme du film Music of my life
Photo du court métrage Berceuse pour 17 gratte-ciels...

BERCEUSE POUR 17 GRATTE-CIELS,
192 IMMEUBLES ET 13 851 HABITANTS

Antoine Janot

En deux mots

Un très court hypnotique et d’une grande poésie.

Synopsis

Dans un ballet de notes savamment orchestrées, un piano souffle les lumières de la ville.

Pour aller plus loin

Technicien audiovisuel diplômé et passé par la Sorbonne pour un Master en cinéma, Antoine Janot a publié un essai intitulé “Le cinéma est-il devenu muet ?”. Avec sa Berceuse…, il répond à cette question en n’utilisant jamais la parole, mais uniquement la musique et l’image. Le son est celui du piano d’une jeune femme, dont les notes trouvent un écho dans une série de lumières d’une ville lambda, qui s’éteignent comme par magie au gré de la musique.

Une grande poésie imprègne ce très court métrage aux plans superbes, particulièrement hypnotique en évoquant ce moment où la ville s’endort. Les gros plans sur les touches, une partition ou une bougie donnent le bon “la” à quelques dizaines de secondes d’enchantement intégral. Il y a une certaine magie à cette coïncidence des notes qui résonnent et des lumières qui s’éteignent. L’artiste, assise à son piano, apparaît comme une grande ordonnatrice, ce qui n’est rien d’autre que le résumé du rôle même du réalisateur, véritable deus ex machina de son propre film.

Générique

Production Bear Team Productions
Scénario Antoine Janot
Musique Sarah Kanane
Interprétation Roy Sfez, Emir Seghir


Durée 02’20 – Catégorie Expérimental – Genre Film muet – Pays France – Année 2015