Le court métrage de la semaine

Ce court métrage vous sera proposé en avant-programme du film Papicha
Photo du court métrage Matou

MATOU

Isamu Hirabayashi

En deux mots

Film-vanité du prolifique Isamu Hirabayashi.

Synopsis

La vie est courte… Parcourons-la à l’envers.

Pour aller plus loin

Habitué des grands festivals européens (Berlin, Quinzaine des Réalisateurs, Locarno, etc.) avec d’autres de ses œuvres, le Japonais Isamu Hirabayashi a réalisé Matou dans des circonstances bien particulières : le 11 mars 2011, un tremblement de terre secouait son archipel, déclenchant un tsunami et la catastrophe de Fukushima. Les organisateurs du festival du court métrage de Sendai ont alors jugé qu’il serait incongru de montrer des films dans un tel contexte et lancèrent un appel aux réalisateurs pour leur donner un film très court. Quarante-et-un répondirent et choisirent la durée symbolique de 3 minutes et 11 secondes.

Même si son film dépasse finalement cette durée, Isamu Hirabayashi fut l’un d’entre eux. Matou permet de parcourir, à l’envers, une vie ; le cinéaste y filme une actrice s’habillant et se déshabillant, deux gestes du quotidien que chacun reproduit plus ou moins de fois au cours d’une existence : on part ainsi d’un lit de mort pour arriver jusqu’à une position fœtale, en passant par tous les âges décroissants. La portée philosophique de l’exercice est forte, sous les apparences frivoles d’un défilé de tenues portées par une jolie jeune femme. Il n’est question d’aucun matou, mais bien de la vie qui ronronne sans conscience qu’elle peut s’achever à tout instant. Comme celle des victimes de la catastrophe du 11 mars 2011…

Générique

Production Bravo Films
Scénario Isamu Hirabayashi
Musique Takashi Watanabe
Interprétation Karia Nomoto


Durée 04’15- Catégorie Expériemental – Pays France – Année 2011