Le court métrage de la semaine

Ce court métrage vous sera proposé en avant-programme du film Les siffleurs
Photo du court métrage I shot her

I SHOT HER

Tony Bertrand

Synopsis

Un photographe a pour mission de prendre en photo la femme d’un mafieux avec son amant.

Pour aller plus loin

Contrairement aux apparences, I Shot Her n’est pas une production américaine. Son réalisateur Tony Bertrand et sa société de production Bagaï Prod sont bien de chez nous, ce qui n’empêche pas leur projet d’évoquer tout un monde et une culture profondément ancrés en Amérique du Nord.
Une voix-off pénétrante, un rien caverneuse, relate une histoire toute droite sortie d’un roman noir des années 1950, façon Raymond Chandler ou James Hadley Chase. Un privé-paparazzi est chargé de suivre une actrice volage pour prouver son infidélité à son truand de mari. En quatre minutes, les références se succèdent à vive allure et la forme du film joue avec singularité de belles photographies en noir et blanc, signées Vivien Gaumand et publiées sur son compte Instagram. Le diaporama semble figer l’action d’instantanés retraçant petit à petit l’enquête du héros, tirant tout le potentiel de son outil numérique – le logiciel After Effect – pour un rendu hypnotique qu’a salué le Prix de L’Extra Court remis lors de l’édition 2018 de l’Urban Films Festival à Paris.

Générique

Production Bagaï Corp
Scénario Tony Bertrand


Durée 04’32 – Catégorie Fiction – Genre Portrait, Recherche/Essai – Pays Royaume Uni  – Année 2018