Le court métrage de la semaine

Ce court métrage vous sera proposé en avant-programme du film Adieu les cons

Photo du court métrage Fern

FERN

Johnny Kelly

En deux mots

Quelque part dans l’ombre de la morale, une femme solitaire et une plante domestique s’aimaient…

Synopsis

Une femme perd son mari et trouve une plante d’intérieur. Une amitié improbable entre une femme solitaire et une plante domestique est en train de naître…

Pour aller plus loin

Une étonnante variation anglaise sur les affres de la liaison fatale. L’emprise existe et peut posséder tout être soudain embarqué dans l’acceptation progressive. Ici, une femme veuve et esseulée. Le soin d’une plante verte, une fougère, débouche sur une cohabitation qui vire à la coexistence possessive. Du réconfort à l’amitié exclusive, il n’y a qu’un pas, que la fiction franchit allégrement pour mêler domesticité et esclavage psychologique.
Le réalisateur Johnny Kelly construit savamment une intrigue de cinq minutes, qui démarre par l’émotion, puis vire à l’humour, avant de tourner à l’étrange, et à l’angoisse. Exit J.F. partagerait appartement (Barbet Schroeder, 1992) et autres chroniques de thriller de vampirisation humaine : le duo humain-végétal est né. À l’ère des questionnements et des recherches sur l’intelligence artificielle, cette fable distille sa sève. La plante remplace le robot, et c’est un autre organisme vivant qui est soudain animé d’une âme.
L’animation de l’être végétal est simple, mais joue d’une manipulation efficace : les mouvements des branches ne réclament ni effets spéciaux étourdissants ni feux d’artifice esthétiques. L’élémentaire est efficace et raconte tout. Même le saugrenu. La créature carnivore de la LaPetite boutique des horreurs a trouvé une héritière, moins vorace, mais dangereusement manipulatrice.

Production  NexusStudios
Scénario  Johnny Kelly
Interprétation Frank Bourke, Monica Dolan, Helena Jinx


Durée 05’56 – Catégorie Fiction – Genre Comédie dramatique / Humour – Pays Grande-Bretagne – Année 2018