Le court métrage de la semaine

Ce court métrage vous sera proposé en avant-programme du film Les séminaristes

Photo du court métrage Love he said

LOVE, HE SAID

Inès Sedan

En deux mots

Entre le poème visuel et le documentaire peint, un cri d’amour de Charles Bukowski…

Synopsis

1973 – San Francisco, Charles Bukowski, poète underground et punk avant l’heure, lit son poème LOVE devant une salle déchaînée venue pour assister au spectacle des provocations du poète trash… et pourtant ce jour-là ce n’est pas un punk qui apparaît mais un homme brisé et affamé d’amour.

Pour aller plus loin

Déjà auteur de plusieurs courts métrages d’animation remarqués, Inès Sedan, née en Argentine, fait preuve d’un cran d’ambition supplémentaire avec Love, He Said, dont le personnage principal est l’un des monstres de la littérature américaine du XXe siècle, le très culte et insoumis Charles Bukowski.
Loin d’un « biopic », l’artiste propose un bref épisode de sa vie publique, lorsque, un jour de 1973 à San Francisco, devant lire un poème intitulé Love à un parterre d’aficionados, il montrait un visage d’une humanité inhabituelle, très loin des provocations trash ayant posé sa légende. La poésie et l’émotion de la scène se voient accrues par la grâce de la technique employée, à savoir une peinture animée s’appuyant sur un procédé de rotoscopie. Visuellement saisissant, donnant une picturalité toute spéciale au visage mangé de barbe du grand écrivain, le film prend la forme d’un geste artistique jazzy et débordant de liberté, comme la captation d’un moment suspendu et rare. Les sélectionneurs de festivals de 2018 ne s’y trompent pas, se pressant de montrer le film d’Annecy à Zagreb, en passant par Cracovie, Guanajuato ou Wiesbaden. La haute figure de Bukowski se joue de toutes frontières ; l’anim’ de même !

Générique

Production Lardux films
Scénario Inès Sedan
Musique Julien Divisia
Interprétation Charles Bukowski


Durée 05’20 – Catégorie Animation – Genre Portrait / Dessin sur papier – Pays France – Année 2018